Un retour d'expérience

Publié le

Un retour d'expérience d'une visite de "Chemins d'esclaves" avec l'asso AVH (mal et non-voyants). Claudine est l'une des membres de l'association (non voyante) qui vient au musée dès qu'une visite est proposée. Audrey Lutin


Bonjour, A la suite de notre visite de l'exposition "chemins d'esclaves", nous avons remercié Julien Sinzogan. J'avais proposé à Claudine de lui exprimer ce qu'elle avait pu percevoir et ressentir. Avec retard, et avec l'accord de Claudine, je vous transmets ci-dessous le texte qu'elle a écrit. Bien cordialement. Brigitte Avril

« Sur la porte du non-retour je me suis arraché les cils et brisé les ongles. Plus jamais le ciel ni les étoiles, plus jamais le lever du jour sur ton visage, plus jamais les lumières de la ville endormie ni l'éclat de la rose sous un rayon de soleil. Mais quand le peintre sur sa toile éclaire l'histoire de sa terre, quand il fait jongler les couleurs dans le va et vient des vagues, alors la porte du non-retour s'ouvre sur les horizons lointains et évanouis de ma mémoire. Alors des rivages inconnus se dessinent dans la nuit éternelle et infinie qui m'emprisonne. La lumière qui ravive et apprivoise les couleurs au-dessus des ombres bientôt cessera de m'inonder. Mais je garderai, au bout de mes doigts, un peu d'écorce et de sable que le peintre a mêlé à l'ocre rouge de sa terre meurtrie ».
Claudine Duclaud

Publié dans Textes

Commenter cet article