Esclaves en cale / Slaves in the Hold

Publié le par Julien Sinzogan

Non !

Elle a dit non !

Pendant que les autres esclaves étaient installés dans la pirogue menant au négrier, elle profita d’un moment d’inattention et tenta une fuite éperdue le long de la plage. Rattrapée, elle eut droit aux fers.

Faux !

Vous avez tout faux !

Lorsqu’elle monta dans la pirogue menant au négrier, elle s’installa calmement, sagement.

À mi-chemin, tout-à-coup, elle sauta dans l’océan, préférant la mort par noyade.

Elle fut repêchée à grands risques et mise aux fers, une fois à bord.

Faux !

Vous avez tout faux !

Au passage de la pirogue à bord du négrier, elle resta résolument accrochée à la marche. Il fallut quatre hommes et des prouesses acrobatiques pour la décrocher et la hisser sur le pont du navire. Pour la pénitence, elle fut mise aux fers.

Faux !

Vous avez tout faux !

Une fois à bord du négrier, tous les esclaves furent installés dans les cales, sauf elle.

Un membre de l’équipage la prit par le bras et la conduisit dans une cabine. Elle attendit.

Arriva le capitaine. Il marmonna des mots qu’elle ne comprit pas. Alors, il la poussa très lentement dans un coin de la cabine, vers une banquette-lit. Il lui ôta son pagne. Là, elle comprit. « Non » qu’elle dit. Mais lui non plus ne comprenait pas. Alors, joignant le geste à la parole, elle répéta : « Non, non, non… » en agitant la tête de droite à gauche et de gauche à droite.

Le capitaine ne réagit que pour se dévêtir en marmonnant des mots toujours incompréhensibles.

Il s’approcha, l’enserra, la souleva, la jeta sur le lit et bondit sur elle.

Ce fut à ce moment que, de ses ongles qu’elle avait fermes comme des lames d’acier, elle lui lacéra le visage, de la naissance du cuir chevelu au menton.

Le capitaine se redressa aussitôt, poussa un long cri rauque.

Le flot de sang qui, concentré entre les jambes témoignait de sa virilité rejoignit vite fait le reste, et le tout remontait à la tête et s’échappait par quatre balafres bien nettes.

Le capitaine beuglait.

Une partie de l’équipage accourut.

Saisie par quatre bras, elle fut d’office mise aux fers.

En attendant…

Et pourtant, elle avait bien dit non.

© Julien Sinzogan et Dominique Eyoum

 

 

NO! She said, NO!

 

While the other slaves were installed in the dugout canoe taking them to the slave ship, she took advantage of the moment of inattention to make a desperate attempt to escape along the beach.

 

Caught again, she was put in chains...

 

Once aboard the slave ship, all of the slaves were put in hold... except her.

 

She was first taken to the captain's cabin...

English summary: Miriam E. Guichard


Publié dans Textes

Commenter cet article